Je veux être au courant des supers reviews de la super fée Ryalle !

lundi 14 juillet 2014

"Personal humiliation was painful. Humiliation of one's family was much worse. Humiliation of one's social status was agony to bear. But humiliation of one's nation was the most excruciating of human miseries."




Deuxième tome de la saga : Les chroniques d'Alvin le Faiseur. Pour ne pas spoiler je ne mettrai pas de résumé. 



Mon avis :


Ce deuxième tome est une continuation du tome 1 tout en tranchant radicalement avec celui-ci.
Comme le titre l'indique, on est plongés ici dans l'univers des "Rouges": les Indiens d'Amérique. 
Ici, Orson Scott Card vient peaufiner sa mythologie, lui conférant la dimension mystico-prophétique qui la définira dans les tomes suivants. 


                               J'ai trouvé ce tome encore meilleur que le premier. L'auteur a une façon de jongler avec les éléments historiques tout en leur attribuant des éléments fantastiques qui me laissent à chaque fois sans voix : ces éléments servent l'intrigue et l'intrigue est elle-même au service de ceux-ci puisque le contexte historique permet d'enrichir l'aspect Fantasy, le rendant plus profond.
                              
                              Ce tome est très sombre, il finit dans une note très amère dont je ne suis pas sortie indemne. On retrouve des préoccupations sur la nature que j'ai trouvé très intéressantes, l'auteur dépeignant les rapports entre Hommes et nature. On rencontre de nouveaux personnages, élargissant ainsi les horizons de la saga, et les enjeux se font plus nets. Quant au protagoniste principal Alvin reste toujours aussi adorable et c'est vraiment un plaisir de suivre son initiation.  C'est une saga atypique : entre roman Fantasy, livre philosophique et roman historique, servi par l'écriture fluide et poétique d'Orson Scott Card. 


                             



Et chapeau aux éditions l'Atlante pour la qualité du livre et de la mise en page !


Les Chroniques d'Alvin le Faiseur, tome 2 : Le Prophète rouge d'Orson Scott Card publié chez l'Atlante. 411 pages.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire