Je veux être au courant des supers reviews de la super fée Ryalle !

jeudi 14 août 2014

"L'océan, c'est ma mère qui m'en parlait. Elle me disait qu'il existe un endroit où il n'y a que de l'eau à perte de vue, de l'eau en mouvement perpétuel qui n'arrête pas de déferler vers vous, puis de repartir."



Ce roman m'a longtemps obsédée. Je l'ai acheté il y a des années et parfois, sans raison, j'y pensais. La couverture me fascinait, me fascine toujours en fait. Et puis il y avait ce résumé ... je le trouvais tellement intriguant !

Dans le monde de Marie, il y a des vérités simples.
 Les Soeurs savent toujours le mieux.. 
Les Gardiens protègent et servent. 
Les Damnés, revenus de la mort, ne renonceront jamais. 
Et il faut se méfier de la clôture qui entoure le village.
 La clôture qui les sépare de la Forêt des Damnés.
 Mais lentement, les vérités de Marie s'effondrent et son monde est plongé dans le chaos.
 Elle doit faire face à la vérité de la Forêt des Damnés.
 Se pourrait-il qu'il y ait de la vie dans ce monde dévoré par la mort ?


Je me disais que ce livre me marquerait, me hanterait et j'appréhendais même de l'ouvrir. Puis il y a quelques jours, je me suis finalement lancée. Une déception ? Non. Une révélation ? Non plus, malheureusement. 


Mon avis : 


                       J'ai beaucoup aimé ce roman mais comme je l'ai expliqué plus haut, j'en attendais énormément. Sans doute trop. Ce roman est un bon roman Y.A sur les zombies et sur la survie en général : sur la façon dont cela peut générer détresse et espoir. Dès les premières pages, j'ai été happée non seulement par l'histoire de Marie mais aussi par le style agréable de l'auteur. Comme tout roman sur les zombies, l'action est présente mais ici, c'était une action plus lente et pour tout vous dire, cela ne m'a pas déplu, au contraire ! J'ai adoré en savoir plus sur le monde de Marie : son village et son organisation interne avec les Soeurs, les Gardiens etc. 
                     J'ai beaucoup apprécié les personnages et voir leurs relations évoluer au fil des pages. Marie est un personnage auquel j'ai réussi à m'identifier mais je l'ai trouvée parfois très égoïste et me suis étonnée de certains de ses choix et réactions. La romance dans La Forêt des Damnés était très intense surtout au tout début et j'ai apprécié le fait que cet élément n'étouffe pas les autres aspects du livre, comme c'est trop souvent le cas dans les romans Y.A. 
                     Un autre point fort du livre, c'est évidemment son atmosphère très sombre, oppressante, qui n'épargne pas les lecteurs, avec beaucoup de détails gores. Même si j'ai été sensible à cette ambiance, je dois dire que j'ai tout de même été surprise de la noirceur de ce roman, surtout lors de certains passages où il semblait qu'il n'y avait plus aucun espoir auquel se raccrocher. Pour finir, j'ai vraiment adoré le dernier chapitre que j'ai trouvé vraiment beau, subtil, même si certains pourront regretter cette fin ouverte. 
                    
   La Forêt des Damnés n'est donc pas le bijou que j'aurais voulu qu'il soit mais il n'en demeure pas moins un bon roman, pour les amateurs du genre et pour les autres aussi ! Ames (trop) sensibles, s'abstenir ! Je lirai avec plaisir le roman compagnon (qui n'est pas une suite directe) : Rivage Mortel.


Note : 4,5/5




La Forêt des Damnés de Carrie Ryan publié aux éditions Gallimard Jeunesse. 2010. 381 pages.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire